Comment garder le moral quand un prospect a tenté de vous embrasser ou vous harcèle sexuellement ?

Dernière mise à jour : 23 août 2020


Comment garder le moral quand un prospect a tenté de vous embrasser (Voire Plus) ou vous harcèle pour un rdv amoureux (voire plus) ?

Il était patron d’une chaîne de restaurants, dans ma cible de partenaires potentiels (Partenaires professionnels entendons-nous !). J’avais très envie de le convaincre car son partenariat boosterait incroyablement les ventes de mon secteur. Tout se passait bien, jusqu’au moment où il a attrapé mon visage pour m’embrasser fougueusement (avec la langue bien sur). Je me suis débattue. J’étais outrée. Il m’a dit qu’il avait lu dans mes yeux que j’en avais envie aussi. Je lui ai dit qu’il lisait très mal dans les yeux, qu’au vue de cette situation il serait difficile de travailler ensemble. Il m’a répondu qu’en effet, dans ces circonstances je pouvais déchirer le contrat de partenariat que j’avais signé quelques minutes plus tôt. Je suis remontée dans ma voiture, fière d’avoir échappé à ce traquenard, en colère que des hommes puissent aussi peu respecter des femmes, en rage contre moi même d’avoir sans m’en rendre compte provoquer cette situation, triste d’avoir perdu un contrat, inquiète de savoir comment mon manager allait le prendre. Heureusement que je suis de nature positive, car ce jour-là, les rdvs suivants ont été comme on dit un peu compliqués….(sic)




Je les ai rencontrés, tous les deux, lui et elle sa femme, un rdv classique de prospection. Je les ai trouvés très sympas, le courant est bien passé et il y avait de grandes chances que nous fassions affaires. Je n’ai pas réussi “le One Shot*” (*One Shot = Signature en un rdv pour celles et ceux qui ne connaissent pas le terme). En revanche, j’ai réussi autre chose. A peine sortie du rdv, ma boîte mail a sonné sur mon téléphone. “J’ai adoré notre rendez-vous” Je me suis dit, waouh super il va signer. J’ai lu la suite.“J’espère qu’il y en aura d’autres” Là j’ai commencé à flairer le truc bizarre.Le mail se terminait par : “Quand et où pouvons-nous nous retrouver seul à seul ? J’ai très envie de vous” . J’ai répondu que ce serait impossible, que ma proposition était professionnelle et rien d’autre, que de plus je ne comprenais pas cette proposition alors même que je venais de les rencontrer tous les deux. Sa réponse “Ma femme est d’accord” m’a interloquée un long moment. J’ai reçu ensuite plusieurs mails par jour, jusqu’à ce que je bloque mon interlocuteur. J’ai expliqué cette situation à mon manager. Il a souri, il a dit est-tu sure que tu ne peux pas le signer quand même ? J’ai eu envie de l’étrangler, lui encore plus que le prospect. Il s’est excusé, il a dit qu’il y avait plein d’autres prospects, tant pis pour celui là. On l’a enlevé de mon portefeuille d’affaires potentielles. Je me suis dit “Ce sont des choses qui arrivent, tu t’en sors bien, allez penses à autre chose, tu as des objectifs à atteindre. (Sic)


Bonjour, entrez, le salon est au bout du couloir, installez-vous. J’entends le verrou de la porte se refermer derrière moi, un mauvais pressentiment m’envahit. Il revient dans le salon, me dit qu’il va déménager le lendemain à l’étranger, que j’ai bien fait de venir, qu’il est content de faire ma connaissance et s'assoit à côté de moi, tout à côté, presque sur moi, il attrape mes mains, il va m’embrasser, je hurle, me dégage et fonce vers la porte verrouillée. Je fais surement trop de bruits, il crie aussi, ouvre la porte et me jette sur le palier. Je me dis que commerciale chez les particuliers, c’est dangereux, j’en parle à mon supérieur qui me dit qu’il veut bien m’accompagner quand j’aurai des doutes (C’est sympa), mais que c’est à moi de décider où je fixe mes rdvs ou pas (Comme si une zone géographique définissait la moralité des gens). Je décide ce jour là de ne pas faire de rdvs là où je me sens en danger, d’être plus vigilante et de reprendre au plus vite un sport de combat. Je mets quand même quelques jours à m’en remettre. (Sic)





Il me demande de l’accompagner aux archives, c’est au sous-sol pour me montrer une machine qu’il aimerait que je lui fournisse dans ma prochaine commande. J’espère que la machine en question est dans mon catalogue, j’aimerai beaucoup augmenter mon chiffre avec ce client. Je ne ferai jamais affaire. Dans l’ascenseur, c’est lui qui envisage une autre affaire. Il se colle à moi. Je le frappe, il ne comprend pas, les autres commerciales, mes concurrentes aiment ces contacts rapprochés, je suis dégoutée. Je viens de perdre un de mes plus gros clients, je ne perdrai pas mon estime de moi-même, hors de question que j’accepte un deal qui me dégrade. Mon moral en prends quand même un sacré coup ! (Sic)



Ces situations arrivent, on n’en parle pas assez. Ce sont de vraies brouilleuses de moral, parfois même elles peuvent briser des carrières qui auraient pu être prometteuses, dans tous les cas elles nous pourrissent la vie plus ou moins longtemps en fonction des armes que nous avons pour agir.




CE QUE J’AI TROUVÉ SUR LE WEB

Avant d’écrire cet article, j’ai parcouru le web, pour voir si ce sujet avait été abordé. J’ai trouvé des articles, peu, où on explique quoi faire, quand le prospect tente une approche du type caresse de main ou jambe qui vous frôle lors d’un rdv d’affaires. La meilleure réaction suggérée, celle que j’ai adoptée depuis des années est bien sûr :

De réagir immédiatement en recadrant votre interlocuteur sur les rapports professionnels et non personnels que vous souhaitez entretenir avec lui (ou elle) et d’en profiter pour placer à quel point vous avez un époux ou une épouse merveilleuse (même quand ce n’est pas vrai) et que pour rien au monde vous ne le (ou la) trahirez avec une relation extra professionnelle. (Petite suggestion pour les commerciaux et commerciales qui se font vraiment beaucoup draguer et qui en ont vraiment assez, achetez-vous une alliance ! ).

J’ai trouvé sur le web comment répondre quand on vous drague ouvertement en clientèle : C’est toujours la même méthode, répondre rapidement “Non merci je ne suis pas intéressée, j’aime mon mari (ou ma femme) et n’ai pas d’autres besoins sur ce plan.”

Je vous recommande fortement d’ajouter “Merci de l’intérêt que vous me portez et merci aussi svp de ne pas insister. Puis-je compter sur vous sur ce point ?” L’attitude idéale est la fermeté. Car une attitude trop timide, du type j’enlève ma main et ne dit rien, peut laisser croire à votre interlocuteur qu’il a toujours une chance. J’ai aussi trouvé 2 excellentes suggestions : -N’utilisez que le mail si les échanges dérapent et ne répondez plus par sms. Envoyez un mail qui indique à votre contact : “Je vous remercie de me contacter par mail pour la suite de nos échanges”. Les mails impliquent plus la personne et si elle vous harcèle par mail quand même, ce sera plus facile à transférer à votre supérieur. -Refusez les demandes d’amis facebook de vos prospects ou clients sur votre page perso et renvoyez les sur votre page linkedin pour rester dans le professionnel !

CE QUE JE N’AI PAS TROUVÉ SUR LE WEB Je n’ai pas trouvé sur le web, dans ces situations précises, celles du début de l’article (Où on est clairement dans un début d’agression, n’ayons pas peur des mots), comment fait-on pour retrouver son moral et continuer sa journée ou sa semaine commerciale, avec l’état d’esprit propice à la signature de contrats ? Parce qu’après ça, votre super état d’esprit de warrior, que j’espère vous avez en général, vient d’en prendre un sérieux coup !? Comment donc garder votre moral de champion après ce type de mésaventure? Je vais vous partager mes stratégies après 25 années de terrain, en vente en BtoB ou BtoC (BtoB : Business to Business c'est à dire vente d'un service ou produit à une entreprise et B to C : Business to Customer c'est à dire vente d'un service ou d'un produit au client final qui est un particulier) Je vais aussi vous livrer ce que j’ai appris en me spécialisant en coaching dans le domaine des émotions et particulièrement celles des commerciaux. (Si de votre côté, en lisant cet article vous avez d’autres idées, elles sont les bienvenues sous l’article, car nous sommes nombreux et nombreuses à avoir vécu ces situations, alors mutualisons nos solutions.) Ensemble nous allons surement rassembler les meilleures parades.